Sélectionner une page
conservatoire national des archives et de l'histoire de l'éducation spécialisée et de l'action sociale

Le territoire de la nouvelle région est très vaste : le deuxième de France, plus grand que la Belgique ou la Catalogne voisine. Près de 5,8 millions d’habitants en font la cinquième région. Le taux de croissance démographique est très élevé, bien plus que la moyenne nationale. Il résulte principalement des mobilités résidentielles : le territoire est en effet attractif.

Le contraste urbain/rural est fort et distingue les départements entre eux : si la population résidant en commune urbaine dépasse 80% dans le Gard, la Haute Garonne, les Pyrénées-Orientales et l’Hérault, elle n’est que de 35% en Gers, Lozère ou Lot où domine donc la ruralité.

Malgré un taux de création d’emploi équivalent au taux national, le taux de chômage reste élevé (notamment parce que la population en âge de travailler augmente plus vite que l’emploi) à près de 15,5% fin 2015 (30% chez les 15-24 ans). Mais surtout le contraste de ce taux entre départements est saisissant : de 6 à 9% en Lozère, Aveyron, Gers, Lot ; de 13,8 à 15,8% en Hérault, Gard, Aude et Pyrénées orientales.

Le taux de pauvreté y est également plus élevé que la moyenne nationale : 17,2% fin 2015.

—————

Sur ces territoires : littoral méditerranéen, arrière-pays, montagne pyrénéenne ou massifs (cévenol etc.), le patrimoine social, hospitalier, médico-social, socio-judiciaire est très riche. À l’accueil-hébergement-placement rural sous des formes traditionnelles (établissement pour enfants, personnes handicapées), exceptionnelles (guerres, dont : camps de réfugiés) ou innovantes (lieux de vie) se conjuguent tous les types de services divers (en milieu ouvert, à domicile, de rue etc.) qui se sont multipliés depuis les années 70. Associatives ou publiques (CCAS, services sociaux), ces structures rentrent dans les champs de compétence de l’un des treize Conseils Départementaux, des directions départementales de l’État (Population, Cohésion Sociale) ou de l’ARS Occitanie (siège à Montpellier).

La conservation et l’étude de tout ce patrimoine est très irrégulière et a été menée de manière cloisonnée entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

Un large champ d’investigation, de recensement et d’action est ainsi ouvert à la délégation CNAHES Occitanie : bienvenue à tous ceux qui sont intéressés par cette entreprise de mémoire/ histoire dans un esprit de convivialité et d’attention au présent.

cnahes.occitanie@gmail.com
Pierre Merle, délégué
06 22 27 12 93