conservatoire national des archives et de l'histoire de l'éducation spécialisée et de l'action sociale

Catherine de Béchillon – Témoignage

par | Nov 24, 2020

Née en 1925, dans une famille juive originaire d’Alsace, son enfance heureuse s’arrête à ses dix sept ans lorsque, le 27 mai 1942, lors de la rafle dite des notables, elle voit son père arrêté par la police allemande. Son père, Henri Lang, brillant polytechnicien, ingénieur de la SNCF meurt à Auschwitz. Confiée par sa mère aux sœurs de Notre-Dame-de-Sion, elle est protégée et cachée pendant 27 mois à Lyon et revient à Paris fin 1944 où elle s’inscrit à l’école des surintendantes. En juin 1947, elle est recrutée par les services sociaux SNCF.

En janvier 1952, sa rencontre avec le docteur Myriam David, est déterminante et va modifier sa vie professionnelle. s. Elle s’engage alors au sein d’un groupe d’assistantes sociales nommé « Pergolèse » et pratique l’aide psychosociale individualisée. En 1954, elle séjourne aux États-Unis pour se perfectionner et entreprend, à son retour, une formation de superviseur.

Elle devient enseignante pour le Bureau d’étude des questions sociales de la SNCF et forme à la pratique du case-work, la plupart des assistantes sociales de la société ferroviaire. Elle donne des conférences et publie de nombreux articles sur cette nouvelle méthode tout en s’investissant auprès de l’ANAS. En février 1969, elle ouvre, avec son mari, La recouvrance, un centre qui accueille des adultes en grande difficulté psychologique. Après 14 ans de persévérance et d’engagement, le centre ferme en 1986. Catherine de Béchillon reprend ses activités de superviseur et d’enseignante et réalise des enquêtes sociales pour l’institution judiciaire.

En 1997, elle rédige son ouvrage « Aider à vivre, propos sur le service social » et poursuit sa réflexion sur le métier d’assistant.e de service social. Elle approfondit ainsi sa pratique et théorise des aspects méthodologiques. Avec ce livre, au terme d’une longue carrière, elle souhaite témoigner pour faire connaître « cet étonnant métier qu’est le travail social ». Elle y fait revivre le souvenir des « rencontres avec des hommes, des femmes, des enfants qui ne soupçonnaient pas que leur richesse intérieure, plus que leur détresse, donnait un sens à leur vie ».

Cette biographie est extraite du site de l’ANAS à cette adresse. Elle a été rédigé par Laurent Thévenet.

https://www.anas.fr/Hommage-confraternel-a-Catherine-de-Bechillon_a1643.html

 

 Un témoignage vidéo est disponible sur Youtube à l’adresse suivante