Sélectionner une page
conservatoire national des archives et de l'histoire de l'éducation spécialisée et de l'action sociale

Michel CARATTI

, ,

Michel CARATTI

Mots-clés : Association ACTES ; Patronage Saint Pierre ; CHRS ; SIDA ; toxicomanie

Date de l’entretien : 29 Novembre 2019

Durée de la vidéo : 1h 15 mn

Retranscription : 18 pages en PDF

Né à Nice en 1955, Michel CARATTI est destiné à une activité professionnelle technique quand il décide à 18 ans d’arrêter ses études et d’entrer dans la vie active, sans qualification précise. Des rencontres opportunes l’amènent à décrocher un poste de « stagiaire de contact » au Centre Henri Wallon à Villeneuve-Loubet…

C’est ainsi que Michel CARATTI entame en 1975 une formation d’éducateur spécialisé à l’école d’Aix en Provence, période que lui-même qualifie des « plus belles années de sa vie ».  Il rencontre en 1977 Jean QUENTRIC, responsable de l’Oncle Paul, à Nice, pour effectuer son « stage long ». Mais c’est finalement au CHRS de la Casa Vecchia, dans la même association ACTES Patronage Saint Pierre que Michel débutera ce stage. Ses collègues sont la plupart jeunes diplômés. Seuls Bernard SANCHEZ et Jean QUENTRIC font figure, déjà, de vieux routards expérimentés.

Michel CARATTI est alors embarqué pour de longues années dans l’aventure de ACTES et assistera à la création de structures nouvelles en fonction des besoins émergeants : le Service Externe, le Service de Suite, la Guitare…

A l’aube des années 80 apparait dans le monde entier une terrifiante maladie : le SIDA. Les hôpitaux ne savent pas où orienter les malades atteints par cette maladie, une fois les premiers soins effectués.

Michel CARATTI impulse alors, appuyé par Jean QUENTRIC, l’ouverture de lits spécifiques dans le cadre du CHRS, en lien continu avec les services hospitaliers. C’est ainsi qu’est créé au début des années 80 le Service d’Accompagnement et de Suite, le SAS, qui s’installe dans le Vieux Nice.

D’abord chef de service du SAS, Michel CARATTI devient ensuite Directeur d’établissement à la suite de plusieurs créations ou extensions de services auprès des publics toxicomanes et/ou SDF, toujours en liaison avec les réseaux de santé.

Il se souvient de cette époque d’ouverture réciproque de l’action sociale et du monde médicalisé comme d’une période de forte implication, de créativité et d’innovation, mais aussi de moyens qu’il ne semble plus y avoir de nos jours.

Michel CARATTI vit aujourd’hui une paisible retraite à Nice.

 

 

 

Compétences

Posté le

11 juin 2020