conservatoire national des archives et de l'histoire de l'éducation spécialisée et de l'action sociale

Contribution au débat

par | Fév 12, 2021

Contributions :

Paroles fortes d'un acteur de l'action sociale du Grand Est

Paroles fortes d’un acteur de l’Action Sociale du Grand Est, Jean-Marie MOREL, Directeur Général de l’association du Grand Sauvoy (Maxéville – 54) lors de la remise de la Légion d’honneur, le 23 mars 2015, par Raymond Étienne, Président de la Fondation Abbé Pierre qui lutte contre le mal-logement et l’exclusion.

«  Qu’est-ce qui peut justifier, légitimer, cette course folle au profit, à l’argent, qui fait qu’il y a dans ce pays de plus en plus de pauvres et que les riches sont toujours plus riches ? Pourquoi  y-a-t-il de plus en plus de gens sans travail, de familles sans toit, d’enfants dans la rue ?

Ces constats que nous faisons au quotidien ces situations que nous prenons en charge, que nous essayons avec les personnes concernées d’améliorer, de résoudre deviennent de plus en plus nombreuses, de plus en plus lourdes. Face à cette marée montante de la pauvreté nous est opposé en permanence le manque de moyens et la stagnation, voire la baisse des crédits.

Je le redis fortement dans cette situation, nous les praticiens du travail social, nous avons de plus en plus souvent l’impression d’être des petits enfants en train de vider la mer avec une petite cuillère .Nous sommes Sisyphe attelé à pousser son rocher vers le sommet d’où il va redégringoler. Je sais que Camus disait qu’il faut imaginer Sisyphe heureux, je vous avoue que de plus en plus souvent je manque de cette imagination.

C’est tout cela qui génère et entretient ma colère et probablement aussi celle de nombre de nos concitoyens qui la manifestent et la canalisent de diverses manières. Peut-être  serait-il temps pour notre société de penser très sérieusement à d’essayer de construire des réponses concrètes en matière de démocratie politique et économique.

Dans cette situation particulièrement difficile il me paraît utile et nécessaire de remettre au premier plan le troisième terme du triptyque républicain : la Fraternité. Cette notion de Fraternité pose de manière claire le fait que tous les êtres humains sont de même nature et donc parfaitement égaux.  Que l’on soit originaire d’Asie, d’Afrique, d’Amérique, d’Océanie ou d’Europe, que l’on soit musulman, juif, bouddhiste, chrétien ou athée ; tous, nous sommes de même nature, de même origine et donc tous égaux et avec les mêmes droits. Répéter cela avec insistance, le rabâcher peut-être, me semble particulièrement important utile et nécessaire par les temps qui courent.

Par ailleurs s’inspirer de cette idée de fraternité dans les relations entre les hommes me semble une nécessité absolue. Être fraternel, c’est poser d’emblée une relation d’égalité avec l’autre, mais aussi une relation attentive et sans condescendance. C’est ce type de relation qu’au quotidien nous essayons de mettre en œuvre dans notre travail d’accueil et d’accompagnement dans nos centres d’hébergement et dans nos chantiers insertion. Elle est efficace parce qu’elle donne à la personne que nous accompagnons toute sa place dans la construction de son projet. Elle refuse l’idée de faire des personnes un objet de travail social, un citoyen assisté, elle vise au contraire à toujours poser l’homme à sa place de sujet de son existence, à sa place de citoyen conscient et responsable ».

 

Compter Les pauvres, du Moyen-Âge à nos jours de Jean-Marie Villela

Introduction :

JM Villela Intro Compter Les Pauvres

Pour télécharger le fichier, Cliquez ici

Épisode 1 : L’impossibilité de comptabilité à l’époque moderne

JM Villela Compter Les Pauvres 1

Pour télécharger le fichier, Cliquez ici

Épisode 2 : Les lumières et la pauvreté

JM Villela Compter Les Pauvres 2

Pour télécharger le fichier, Cliquez ici

Épisode 3 : Les lumières et la pauvreté

JM Villela Compter Les Pauvres 3

Pour télécharger le fichier, Cliquez ici

Regards sur la pauvreté de Roger Bertaux
Les travailleurs sociaux face à la pauvreté de Roger Bertaux
Alimentation Pauvreté et Migrations par Alain Mailfert
Au pays des sans noms - Roger Bertaux
Yannick MAREC - urgences sociales