Sélectionner une page
conservatoire national des archives et de l'histoire de l'éducation spécialisée et de l'action sociale

Michel BUSELLI

,

Mots clés : ALPES MARITIMES, CLAJ, Jeunesse-Camping, Education Populaire

Date de l’entretien : 10 Janvier 2017

Durée de la vidéo : mp4 1h35min

Retranscription : 20 pages en PDF

Né en 1953, Michel BUSELLI a quinze ans lorsqu’il adhère aux CLAJ, une association qui tient un local dans son quartier de Cannes la Bocca et qui propose aux jeunes des activités de loisirs : sorties de ski, randonnées, balade en bateau avec les copains. Il découvre très vite que cette association, niçoise à son origine, porte une démarche qui va bien au-delà des loisirs : nous sommes peu de temps après mai 68. Au sein des CLAJ, Michel BUSELLI participe à des réunions avec d’autres jeunes, lycéens, apprentis, ouvriers, qui échangent avec lui sur leurs conditions de vie, leur travail et leurs espoirs…C’est pour Michel le début d’un engagement total au sein de cette association niçoise dont il nous retrace dans cet entretien la genèse.

Dans l’immédiat après-guerre se regroupent au sein de la JOC, à Nice Nord, de jeunes apprentis ouvriers partageant leur soif de vivre. Le responsable de la JOC est un jeune prêtre tout juste sorti du séminaire, Pierre BENEDETTI. Pleins d’espérance face à un avenir à reconstruire, ces jeunes refusent l’embrigadement que certains ont connu dans les Chantiers de Jeunesse, ou qu’ils pressentent au sein des Jeunesses Communistes…Ils veulent se sentir responsables de leur destin et profiter de la vie…

Bientôt s’organise au sein du groupe un système de prêt de matériel de camping, puis la recherche de fermes à restaurer contre location, ce qui permet à ces jeunes de passer quelques jours de détente dans l’arrière-pays niçois. Les jeunes créent alors en 1946 une association, JEUNESSE-CAMPING, dans l’objectif d’acheter collectivement une ferme délabrée à Allos-le Foreston. Ils organisent pour cela une collecte sur leurs lieux de travail, dans leurs quartiers, auprès de leurs proches… La ferme du Foreston, achetée puis restaurée en 1948, devient rapidement le lieu de vacances de nombreux jeunes venus de tous les horizons géographiques.

Les jeunes niçois ne s’arrêtent pas à cette prouesse. Convaincus que le « soleil brille pour tous », y compris pour la classe ouvrière, ils acquièrent en 1952 une villa au bord de mer à Cap d’Ail, puis en 1956 au Cap d’Antibes, dans des sites magiques réservés jusque-là à la grande bourgeoisie de l’industrie et du cinéma. Le mouvement niçois fait tâche d’huile auprès de la jeunesse française ouvrière : en 1959, le congrès de Jeunesse Camping décide de devenir la Fédération Nationale des Clubs de Loisirs et d’Action de la Jeunesse (C.L.A.J.), à dimension nationale.

Inversement, l’achat en 1960 de Clairvallon, dans un luxueux quartier de Nice, donne aux CLAJ-Jeunesse Camping une assise niçoise qui comptera dans le paysage local au gré des tensions sociales : guerre d’Algérie, guerre froide, mai 68, luttes des années 70…

Jeune retraité, Michel BUSELLI conserve la volonté de participer au changement de la société pour un monde meilleur : il anime toujours au sein des CLAJ des activités militantes.

Compétences

, , ,

Posté le

14 février 2020